Programmer une radio sous Linux & MacOS

Programmer une radio sous Windows est un jeu d’enfant, puisque l’immense majorité des logiciels de programmation n’existent que pour cette plateforme. Les utilisateurs de Linux et de MacOS sont souvent obligés de redémarrer un ordinateur sous Windows ou bien d’utiliser une machine virtuelle, voire un émulateur pour les heureux possesseurs de Mac avec un CPU M1 (ARM). Pour le côté pratique, on repassera.

Heureusement, tout n’est pas perdu, il existe des logiciels vous permettant de programmer vos radios sur ces systèmes. Toutes ne seront pas compatibles, mais les modèles les plus courants seront supportés.

CHIRP

Le plus connu est CHIRP. Compatible avec Windows, Linux et MacOS, vous pourrez programmer une quantité impressionnante de radios, de simples Baofeng jusqu’aux derniers postes décamétriques en passant par les mobiles. Du moment que la radio soit analogique et pas trop exotique, ça passe.

Vous trouverez une liste exhaustive de radios compatibles ainsi que les liens de téléchargement sur la page officielle du projet : https://chirp.danplanet.com/projects/chirp/wiki/Home

QDMR

Pour programmer des radios DMR, il vaut mieux se tourner vers QDMR. Au moment où j’écris ces lignes, il permet de programmer tous les Anytone DMR (mobiles et portatifs) avec possibilité de générer une base de données de DMR ID. Sont aussi reconnus les TYT MD-380 & 390 (également les bi-bandes), le Radioddity GD77 (tous firmwares), les Retevis, et certains Baofeng DMR. Autant vous dire qu’il y a de quoi faire ! Ce logiciel est disponible pour Linux et MacOS à l’adresse suivante, n’hésitez-pas à surveiller de près ce projet : https://dm3mat.darc.de/qdmr/

MISES A JOUR FIRMWARES & AUTRES POSTES

Malheureusement, pour mettre à jour le firmware de vos postes, à part pour les TYT MD-380 et MD-390 (version mono-bande seulement), c’est pratiquement impossible si vous n’êtes pas sous Windows. Il existe quelques logiciels à droite à gauche, mais le fait qu’ils soient expérimentaux encouragent à la plus grande prudence. Si la procédure ne va pas jusqu’au bout, c’est direction le SAV. Vous voilà prévenus.

Une autre solution, à privilégier plutôt pour la programmation (risques de plantages lors d’un flashage de firmware) serait d’utiliser une machine virtuelle de type VirtualBox, d’y installer Windows ainsi que vos logiciels. Ca fonctionne bien, mais la meilleure solution reste l’utilisation d’un PC dédié sous Windows. Si vous avez un dual-boot pour Linux ou bien un Bootcamp sur Mac, c’est parfait, sinon un vieil ordinateur d’occasion avec au moins Windows 7 fera l’affaire. Pas besoin d’une bête de course, ne ruinez pas votre budget.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.