Un radio-amateurisme jeune, décontracté et décomplexé!

Ce n’est pas un scoop et le monde du radioamateurisme en parle de plus en plus. Notre univers souffre aujourd’hui d’un déficit d’image.

De fait, il s’agit d’un hobby qui n’intéresse que peu de jeunes ce qui n’aide pas au renouvellement de la population radioamateur. Quelle en est la raison? Que pouvons-nous faire pour donner une nouvelle jeunesse à notre passion? Sans aucune prétention nous allons essayer de dresser un bilan aussi exhaustif que possible (avec le regard d’un trentenaire qui n’a pas connu les heures de gloire dans les années 70, 80)

Le radio-amateurisme c’est un truc de vieux!

Voilà ce que pense réellement et à juste titre les jeunes à propos du radioamateurisme. Et encore nous parlons ici de ceux qui connaissent cette discipline. La réalité est plutôt que la plupart des jeunes ne connaissent absolument pas ce hobby.

Le problème est à mon sens dû à un gros manque de communication dans notre milieu. Paradoxalement, nous qui faisons partie des personnes les mieux placées pour en parler, nous ne savons pas ou plus le faire.

Fini le temps des réseaux de communication à papa, aujourd’hui on communique sur Instagram ou TikTok. Même Facebook et Whatsapp qui sont encore chez les trentenaires, les « réseaux de l’an 2000 », sont devenus des réseaux sociaux de Boomer (1) pour les plus jeunes. Je n’ose même pas parler de « Skype » et des listes mails qui sont pourtant pour certains om’s encore largement utilisés. Sachez que si c’est votre cas, vous êtes resté coincé au Moyen Âge de l’informatique et de la communication par internet.

Il n’est donc pas étonnant que les jeunes ne nous connaissent pas puisque la plupart d’entre nous continue à utiliser des moyens de communication obsolètes qui ne touchent plus personne. Même les sites internet qui sont pourtant de merveilleux supports n’intéressent pas les jeunes. Plus aucun d’eux ne passe des heures à lire des pages de documentation. Les jeunes regardent des « Shorts », des « Réels » et autres vidéo au format court à fort pouvoir addictif.

Alors qu’attendons-nous? Qu’attendez-vous pour vous mettre à niveau en faisant une petite mise à jour de votre firmware communication ?

(1) « Boomer » est employé aujourd’hui chez les jeunes de façon péjorative pour indiquer quelque chose de vieux et dépassé.

Un manque d’investissement certain !

Ce n’est pas nouveau et ce n’est pas exclusif au milieu radioamateur.

Une association à besoin de personnes qui la font vivre. Malheureusement dans la plupart des cas, c’est toujours le même petit groupe qui s’occupe de tout et parfois même une seule personne. Pour attirer du monde, il est important d’être actif et de proposer des activités. Aujourd’hui, et je parle en connaissance de cause pour l’avoir vécu, un parent qui vient avec son enfant dans un radioclub n’a pas vraiment envie de le laisser seul dans une association qui n’a pas de projet à long terme et qui ne propose pas de cursus de formation. Boire un coup ensemble et manger un morceau sur le coin de la table n’est pas ce qui est attendu et à juste titre dans un radioclub!

Quand j’ai commencé la radio (il y a trois ans), j’ai fréquenté un radioclub car j’ai lu sur internet que c’était ce qu’il fallait faire. Je ne peux pas dire que j’ai été mal reçu, au contraire. Mais très vite j’ai compris que, pour me former, je n’allais pouvoir compter que sur moi-même. Ce n’est pas vraiment un problème quand on est débrouillard et motivé, mais imaginer un jeune de 15 ans qui se retrouve lâché dans un monde qu’il ne connait pas et qui doit se faire à l’idée qu’il va falloir gravir seul la montagne qu’il a devant lui pour arriver jusqu’à l’obtention de la licence. A coup sûr il préfèrera sa console à la radio.

Il est important que chaque radioamateur apporte sa pierre à l’édifice et surtout qu’il partage son savoir. Nous avons tous des domaines dans lesquelles nous sommes plus à l’aise que d’autre et en donnant tous un peu de notre temps pour former les aspirants, le travail est moins rude.

Une veille technologique sans œillères!

Un problème semble-t-il récurent et auquel j’ai été confronté est qu’un grand nombre de radiomateurs restent sur leurs acquis qui datent légèrement.

Sans renier le passer, le temps des postes à lampes ou des postes à galène est révolu.

Aujourd’hui dans un radioclub nous devrions trouver des Raspberry pi, des hotspots, des ordinateurs faisant tourner du FT8 ou du JS8. Malheureusement trop d’associations sont restées sur des modes de transmission qui n’ont rien perdu de leur noblesse, mais qui ne sont plus au goût du jour. A mon sens, il est important de vivre le radio-amateurisme de 2022 pour faire rêver les jeunes avec des moyens de communication qui leur parlent.

Dans ma courte vie de radioamateur, j’ai trop souvent été confronté à des radioamateurs qui m’ont dit que le trafic sur des relais linkés sur internet ou le FT8 n’était pas de la radio. Mais en quoi cet argument est-il valable en 2022 ? Soyons justes et honnêtes, peut être que cette technologie vous dépasse, mais il n’en reste pas moins que c’est de la radio. La France est un pays à la traine en matière de communications numériques. Trop souvent j’ai eu à faire à des radioamateurs qui interdisaient de parler de FT8 ou autre au sein du radioclub.

Réveillez-vous! Le monde, lui, ne s’arrête pas de tourner. Le temps où la France était en avance sur son temps dans les communications n’est plus.

Le pire dans tout ça, c’est que la plupart de ceux qui sont contre ces modes ne savent pas de quoi ils parlent. J’ai encore très récemment un exemple qui parle de lui-même. Un « radioamateur du coin », habitué des contacts DX SSB et pas forcément favorable au FT8 c’est lancé dans l’expérimentation de ce mode. Et qu’elle fut sa surprise de découvrir que finalement ce qu’il imaginait comme un mode dépourvu de sens est en fait quelque chose d’aussi addictif que les contacts par voix.

Le sens propre du radio-amateursime est l’expérimentation. Alors ne tirez pas de conclusions hâtives, enlevez vos œillères et ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas sauf si c’est pour apprendre de ceux qui connaissent, même si parfois ils sont de trente ou quarante ans vos cadets.

Une appropriation des moyens radio existants!

Vous faites peut être partie d’une association radioamateur depuis de nombreuses années. Vous avez sans doute participé à de nombreux projets dans le cadre de cette activité et grâce à votre investissement un relais a peut-être été installé, du matériel a peut-être été acheté avec les fonds de la tombola que vous avez organisée, etc.

C’est tout à votre honneur d’avoir fait avancer le radio-amateurisme dans votre région, mais ça ne fait pas de vous le propriétaire du fruit de votre travail.

Aujourd’hui et c’est quelque chose qui revient dans n’importe quel coin de France, certains au fil des ans ont pris la mauvaise habitude de considérer que parce qu’ils sont à l’origine d’un projet, il sont de fait propriétaire du résultat qui en découle.

A partir du moment ou votre projet à été mis en place dans un cadre associatif et je dirais même souvent financé par l’association dont vous faite partie, même si vous en êtes à l’origine, c’est l’association et donc tous les membres de celle-ci qui en sont propriétaires.

Peu importe depuis quand les adhérents sont membres de l’association, ils ont leur mot à dire. Quand bien même cela ne vous plait pas , si lors d’une assemblée du bureau de l’association, une décision est votée par le conseil d’administration et qu’elle valide l’évolution, la modernisation et même l’abandon, d’un projet dont vous étiez à l’origine il y a 40 ans parce que celui ci est aujourd’hui obsolète, il faut être en mesure de l’accepter.

Refuser l’évolution, c’est empêcher les plus jeunes de participer à de nouveaux projets sur des sujets qui les intéressent et leur donnent envie de s’investir. Refuser l’évolution, c’est accélérer la mort du radioamateurisme.

Etre radioamateur c’est bien, être vraiment radioamateur c’est mieux!

Attention c’est un sujet qui fâche!

Qu’est ce qu’être radioamateur ? Pour certains, être radioamateur c’est avoir réussi le passage de la licence. Jusque là, nous sommes tous d’accord. Mais est ce que l’obtention d’un diplôme suffit vraiment à faire de nous des radioamateurs?

Je vais en faire bondir plus d’un de leur siège en croute de cuir usé par le temps. Non, ce qui fait de vous un radioamateur n’est pas le fait que vous ayez satisfait aux exigences d’un examen. Un radioamateur c’est quelqu’un qui a une passion, qui la pratique et qui la partage. Certains seront plus techniciens, d’autres préfèreront établir des contacts. Peu importe ce qui vous intéresse dans cette passion, le plus important c’est d’être actif. Si vous ne prenez jamais ou seulement le dimanche matin le micro ou le fer a souder vous n’êtes pas radioamateur. C’est en tout cas ainsi que les plus jeunes d’entre nous appréhendent notre passion.

Pour vous faire comprendre ce que j’essaye d’exprimer je vais vous citer une jeune femme que vous connaissez peut-être, car elle est très bonne communicante. Vous pouvez la suivre dans sa vie de radioamateur sur pratiquement tous les réseaux sociaux à la mode.

Marija, YU3AWA

Marija, YU3AWA, une jeune YL Serbe résume parfaitement le sujet à la fin de sa page QRZ. « Le radioamateurisme n’est pas seulement un hobby. C’est un style de vie »…

Trop de postes radio sont éteints, trop d’oms ne veillent pas les fréquences actives de leur région. Si vous allumez votre poste radio seulement quand il vous vient à l’idée de faire un contact, vous ne risquez pas de croiser grand monde. Nous avons tous déjà vécu cette situation où nous allumons notre poste pour lancer appel sur le relais du coin et que personne ne répond. Si votre radio était sur ON vous auriez sans doute entendu cet om, parfois un copain, qui lance appel. vous auriez pu lui répondre et faire un QSO. Ok, nous ne sommes pas toujours dispo mais un petit bonjour prend généralement peu de temps et il suffit de signaler à son correspondant que nous sommes sur d’autres projets si nous ne sommes pas disponibles. Ce problème est comme le serpent qui se mord la queue. Si personne n’écoute, pas de QSO. A contrario si personne n’appelle pas de QSO non plus. Donc avoir un transceiver allumé c’est bien, lancer appel de temps en temps c’est encore mieux.

La routine des radioamateurs devrait être d’avoir le poste en permanence sur ON du lever jusqu’au coucher. J’ajouterais même que si le TRX n’est pas à proximité de votre lieu habituel de vie, le volume devrait être poussé au maximum.

Je suis conscient que tout le monde n’a pas la possibilité de faire ça, je suis beau parleur car mon shack est installé dans le salon. Plutôt facile, pas de télé depuis des années à la maison, la radio en a pris la place. Chacun fait en fonction des impératifs au QRA, mais plus vous serez à l’écoute plus il y aura de monde sur l’air.

En finir avec cette guerre générationnelle!

Enfin nous touchons le fond du problème dans le monde du radioamateurisme et plus particulièrement en France.

Un jeune radioamateur, sauf exception malheureuse, à déjà un papa et ne vient pas dans un radioclub pour en trouver un autre! Il faut en finir avec ce paternalisme mal placé.

Aujourd’hui trop de radioamateurs expérimentés considèrent les jeunes radioamateurs et en particulier les F4 comme des radioamateurs de seconde zone. Chacun a ses arguments, certains considèrent que l’obtention de la F4 est devenue trop facile, d’autres considèrent que les om’s qui ne pratiquent pas la CW ne sont pas de vrais radioamateurs, d’autres considèrent aussi qu’un opérateur radio n’ayant pas un cursus universitaire fourni n’est pas un om complet. Toutes ces raisons font de notre milieu un monde élitiste qui n’attire pas.

Peu importe nos origines, peu importe nos connaissances, la seule chose qui compte c’est que nous partageons tous le même intérêt pour les communications radioélectriques. Chacun à sa place dans notre univers aussi vaste que varié et personne ne devrait faire de différences entre les individus.

En faisant un effort collectif, même si cela demande beaucoup d’efforts à certains, nous devrions pouvoir faire revivre la radio qui selon moi est dans une dynamique ascendante. Ne laissons pas passer notre chance, soyons ouvert d’esprit, partageons notre expérience pour donner à tous les amoureux de la radio l’envie de nous rejoindre.

Cette réflexion est complètement personnel et n’engage personne d’autre que moi. Certains me trouveront dur, d’autres comprendront parfaitement ce que j’ai voulu exprimer. Les commentaires sont appréciés si constructifs, nous sommes la pour enclencher un débat visant à faire avancer les choses.

Merci de m’avoir lu,

73’s de F4IGV

Vous aimerez aussi...

30 réponses

  1. Pierre boldt dit :

    Bravo, tout à fait comme je pense.
    J’ai juste fat une proposition un peu dans le même sens dans notre section USKA.
    J’ai partagé sur notre section .
    73 de Pierre , HB9SMU

    • F4IGV dit :

      Merci Pierre de votre soutien! 73 de F4IGV

    • ALCIDE dit :

      Bonjour et merci d’avoir exprimé votre ressenti plus que réaliste, qui j’espère fera jaillir dans ces têtes une étincelle ! Le Français est fier de son savoir mais ne sait pas le partager !…
      73 de Alcide, f-62791

  2. Lucien dit :

    On aurait bien besoin au REF d’un « SPIN-DOCTOR » comme toi.
    Bravo.
    73, Lucien F1TE
    PS.
    Pour ceux qui ne connaissent pas le concept anglo-saxon du spin-doctor :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Spin_doctor

    • F4IGV dit :

      Bonjour Lucien,

      C’est un travail énorme que de façonner l’image d’une association.

      J’ai créer le HamLab il y moins d’un an et tout est encore en construction.
      C’est un travail a plein temps en plus du pro et malheuresement jusqu’a présent nous ne sommes pas capable de dépasser 24h dans une journée 😉

      Je suis sur que le REF peut trouver les resources pour moderniser son image. Elle à d’ailleur deja commencé avec Norman. Vous êtes sur la bonne voie.

      73 de F4IGV

  3. F6GWE dit :

    Bonjour!
    D’accord avec votre constat même si à mon avis les oms que vous décrivez ne sont pas un majorité!
    Pourquoi ne pas participer activement à cette évolution en vous rapprochant de notre association de tutelle le REF?
    73
    Patrick

    • F4IGV dit :

      Je crois malheureusement qu’il s’agit d’une majorité. Je me trompe peut être… Dans tous les cas il y a effectivement des personnes qui sortent du lôt et heureusement.
      Le REF est il prêt a changer? Ses adhérents sont ils prêt à changer?
      Pour nous les jeunes radiomateurs le REF n’est plus notre association de tutelle. ça c’etais avant! 😉

      73 deF4IGV

  4. Sylvio dit :

    Bravo pour l’article, je répète depuis quelques temps que le canal FB ou mail n’est pas adapté aux jeunes mais les habitudes sont tenaces.L’rticle résume très bien mon sentiment et la description de la considération du FT8 ou du DMR est exacte, certains RA n’y touche pas par principe…c’était mieux avant

  5. Sylvio dit :

    Bonjour F4IGV, j’ai reposté l’article sur notre site Internet HB9LC.ch et celui-ci sera probablement reposté automatiquement sur radioamateur.ch
    Cordiales salutations
    Sylvio HB9HNU

  6. HB9DVD dit :

    Bonjour et bravo Yoann pour cet éclairage fort intéressant!
    Il y a tellement de points intéressants où vous mettez le doigt…
    Il y a quelques jours, cet OM Allemand analysait le journal CQ-DL et ça va aussi dans votre direction…
    À voir ici et mettre les sous-titre traduits si jamais 😉 https://www.youtube.com/watch?v=ncCqbTexYBY

    Êtes-vous d’accord que je propose votre article, avec les sources bien sûr pour publication dans notre journal Suisse HBradio pour les membres de l’USKA?
    De mon côté je vais le mettre sur le site de la section Valaisanne des radioamateurs.
    Merci à Charly d’avoir partagé ce lien avec la section.

    Meilleurs 73’s du Valais
    HB9DVD, Marc, Président de la section USKA-Valais

    • F4IGV dit :

      Bonjour et merci pour votre message. J’ai regardé la video de notre amis allemand avec atention et ça va dans le même sens que ce que j’ai essayé d’exprimer.
      Vous pouvez bien sur proposer mon billet d’humeur à HBRADIO.

      73 de Bretagne
      F4IGV

  7. CATTEZ SERGE dit :

    Merci Pierre et félicitations pour ce bel article, je suis tout à fait d’accord avec toi, moi c’est l’armée qui m’a formé presque de force hi ! car à l’époque en 64 je disais que le morse que je ne connaissais pas servait à rien, à ce jour je remercie encore mes supérieurs de l’époque .Pour info dans notre région un jeune radio club joue très bien le jeu avec beaucoup d’animation que j’ai également aidé mais trop loin de mon domicile allez voir APRA62 et F4KLR un très bel exemple qui correspond à ton article. Mes 73 à tous ! et vive la radio
    F5LKK SERGE

  8. Fourçans dit :

    Je partage tout à fait d’un bout à l’autre !
    Nous avons engagé une formation dans ce sens au RC F6KDU en association avec l’ARPA.
    Partager, partager les techniques et les expériences, quels que soient les centres d’intérêts de chacun.
    Enthousiaste des apports des nouvelles technologies en dépit de mon âge !
    J’ai partagé aussi avec l’asso locale.
    73 – Yves de F6HFY

    • F4IGV dit :

      Merci Yves de votre soutien et du partage avec l’association locale.

      Le partage du savoir est ce qui a permis a l’espece humaine d’évoluer.

      73 de F4IGV

  9. pascal amateur radio dit :

    excellent a tout point (14cp799 jo10nr)

  10. pascal amateur radio dit :

    excellent rien a dire bravo

  11. HB9AFO dit :

    Je dois dire que le texte de Yoann F4IGV m’a laissé sans voix. Que répondre à un jeune de 3 ans d’expérience qui te dit que le hobby que tu pratiques est dépassé? Ma première réaction a été de me dire « mais qu’il aille se faire foutre ce jeunet, ça fait plus de 60 ans que je pratique le radioamateurisme avec bonheur et que mes centres d’intérêt évoluent au gré des avancées de la technique! ».

    J’ai passé de la CW sur ondes-courtes dans les années 60, à l’AM sur 144, à la SSB (après avoir découvert le VFO stable comme le roc), à la beam déca, aux contests, à la collection de cartes QSL, aux contests VHF-UHF en portable, au trafic en mobile, au 50 MHz, à la TV analogique sur 430 MHz, au trafic par satellites, au packet radio, à la SSTV, à la montée en fréquences dans les hyper, au 10 GHz et des propagations par tropo, duct, rain scatter, puis la TV numérique, immense domaine des plus intéressants puisqu’il fait appel autant aux techniques HF qu’aux techniques digitales. J’ai conçu des logiciels sous DOS puis Windows et bientôt Linux je l’espère. J’ai construit des applications avec des PIC, Arduino et Raspberry Pi, quelques-unes développées par mes soins, j’ai même construit mon premier ordinateur à partir de rien, à base de 8080, et j’en ai fait un système de poursuite des satellites. Tout au long de ces expérimentations, j’ai fait beaucoup d’expéditiens en portable qui m’ont permis de battre des records du monde de distance en ATV.

    Ma vie associative n’a pas été moins chargée que ma vie technique. J’ai milité activement dans les associations amateures en y tenant des postes à responsabilité, caissier, vice-président, président, co-fondateur (SWISSATV), consultant USKA, ATNA, etc. J’ai participé à nombre de meetings et d’expositions et y ai quelquefois fait des exposés, Hamfests USKA, Dayton USA, meetings TV et CJ en France, etc. J’ai écrit des centaines d’articles dans pas mal de journeaux radioamateurs.

    Et c’est vrai que le radioamateurisme, comme le dit Marija YU3AWA, a été un style de vie pour moi. En plus de remplir mon temps libre, il m’a permis d’accéder à des mondes auxquels je n’aurais pas eu droit autrement: l’humanitaire et les télécommunications professionnelles entre autres, en passant par le jounalisme et la photo dans le show biz.

    A ce stade du débat, je me suis dit que ma vie de radioamateur avait été magnifiquement remplie et productive et que j’y avait connu beaucoup de bonheurs. Cependant, le diable me soufflait à l’oreille que ce tableau n’avait pas toujours été aussi idyllique que je me le décrivais. Au niveau associations notamment, que de déceptions face aux mesquineries et jalousies de certains! Que de souffrances de ne pas être compris et que de temps perdu! Que d’impatiences aussi face à l’immobilisme des certains vieux pontes d’antan, voulant réglementer nos vies le cul vissé à leurs chaises. Que de conseils à la con de vieux paternalistes péremptoires!…

    Et puis, à ce stade du débat, le vieux sage en moi a petit à petit réalisé que, de mon temps, moi aussi j’ai été enthousiaste et impatient comme l’est Yoann F4IGV aujourd’hui. Moi aussi j’ai voulu « secouer le cocotier » et faire avancer la cause de ma passion. En fin de compte, moi aussi j’ai été jeune un jour.

    Suis-je vieux et périmé pour autant? Certes j’ai de la peine avec mes yeux et mes mains n’ont plus la sureté d’antan. Ma mémoire me fait souvent défaut et mon humaine carcasse se rappelle à moi chaque matin. En d’autres termes je commence à sentir le sapin…

    Mais je me souviens aussi que j’ai un hobby extraordinaire parce qu’il nous affranchit de l’usure du temps. Jeunes et vieux peuvent le pratiquer avec le même bonheur, contrairement à la séduction, la beauté ou le sport. Peut-être même en tire-t-on plus de bonheur l’âge venant? Après-tout, n’appelle-t-on pas les radioamateurs des OM, « O » pour Old et « M » pour Man, vieux monsieur?

    Il y a deux mois me prenait la lubie de faire de la DATV (TV numérique à haute résolution) sur 24 GHz. Je m’en suis ouvert à mes copains lors d’une réunion mais cela n’a pas eu l’air d’intéresser grand monde. L’affaire a suivi son cours et très vite je me suis heurté au manque de composants. On m’a procuré des adresses où en acheter, je l’ai fait, mais deux copains m’ont offert les composants qui me manquaient, ce qui m’a permis d’avancer. Et puis des correspondants se sont annoncés pour tenter le QSO depuis la Sardaigne. Et puis un copain s’est proposé pour monter avec moi au Mont Caume, un autre pour noux faire entrer dans l’enceinte ex-militaire. Un autre pour nous inviter à l’apéro au retour, un autre pour faire les mesures de mon équipements 24GHz que je n’avais pu faire faute d’appareils de mesure adéquats. Tout cela s’est réglé à l’ancienne, par radio, e-mails et par téléphone, sans faire appel à Whatsapp, Twitter et autres Tiktok.

    C’est pour ça que je dis que notre hobby est magnifique. On peut le pratiquer quel que soit son âge, ses diplômes, ses compétences, sa fortune et son physique. Et la leçon: il n’y a pas UN radioamateur-type, il y en a autant qu’il y a de pratiquants. Aucun n’est meilleur qu’un autre. Tu peux passer une vie entière à pratiquer ce hobby sans contacter une seule fois ton voisin qui fait de la CW sur ondes-courtes alors que toi du fait de la SSB sur hyper. Preuve en est que ce hobby a tellement de facettes qu’une vie entière ne suffit à les explorer toutes.

    Pour ma part, le radioamateurisme a rempli ma vie au-delà de toutes espérances. Je serais bien malheureux s’il disparaissait faute de relève. Mais faut-il pour autant que je me transforme en homme-sandwich du radioamateurisme pour tenter d’endiguer l’hémorragie de membres? Non car je pense que si ce hobby doit dispraître parce qu’il ne correspond plus aux aspirations des jeunes, il diparaîtra. Tout ce que je peux raisonnablement faire c’est montrer l’exemple d’un radioamateur heureux et passionné.

    Du point de vue technique, nous vivons aujourd’hui un âge d’or car nous avons toutes les informations et les composants accessibles sur le Net. Nous pouvons disposer d’équipements de mesure totalement inabordables il y a quelques années. Bref, côté technique c’est le paradis! Côté humain, nos effectifs baissent mais peu importe, il suffit d’être deux pour faire un QSO. Pourquoi se lamenter et se battre sur le sexe des anges? Pratiquons notre hobby comme nous le voulons et avec plaisir. Le passé est source de regrets et de remords, le futur d’anxiété, donc seul le présent compte (dixit Carl Gustav Jung).

    73 michel hb9afo

    • F4IGV dit :

      Merci Michel pour ce beau message et votre partage d’éxperience.

      C’est justement ce qui compte. Etre capable de partager en prenant s’il le faut un peu de recul comme vous l’avez trés bien fait.

      Pour ce qui est de l’âge, je suis persuadé que tout le monde a encore dans un coin de la tête l’enfant qu’il etait. Il faut juste mettre de cotés quelques instant sa vie d’adulte pour qu’il sorte de sa cachette et nous rappel a nos plus beau souvenirs.

      Je pourrais rebondir longuement sur votre commentaire mais je préfere faire cour pour garder le charme de votre histoire.

      73 de F4IGV

  12. F1RAD dit :

    Bonjour, je partage totalement ces points de vue.
    J’espère que ce billet pourra créer un électrochoc dans notre petit monde et impulser une nouvelle dynamique à notre hobby !
    BRAVO !

  13. Fovo dit :

    La CW pour les Jedi les autres font ce qu’ils veulent , et pis C tout!

  14. F1UO dit :

    Quand je vois des commentaires tels que celui de Michel HB9AFO, je me dis que tout n’est pas perdu, et que le radioamateurisme, vu sous cet angle, a encore de beaux jours devant lui.
    Comment ne pas être ému de ce témoignage.Merci à toi, Michel. Et 73s à tous d’un petit jeune: F1UO

  15. Jérôme dit :

    Il y a un peu de vrai dans l’article, mais je pense que vous avez un vision très partielle des « jeunes ». Il y en a pas mal qui fuient les réseaux sociaux, mais vous ne les voyez pas sur Internet, bien sûr.

  16. Vincent dit :

    Bonjour à tous, Bonjour F4IGV,

    j’aime bien votre texte, intelligent et ouvert d’esprit.

    Bonne continuation, 73

    F0GXR (hé oui, F0 ex classe 3, c’est pire que F4 lol)

  17. Ermite_OM dit :

    Bonjour F4IGV,
    Bravo pour poser au moins les bonnes questions.
    Etant venu sur le tard à cette activité, j’ai un F4 et fait donc partie des imitations « Non initiés » ne pratiquant pas la CW. Je me pose tout de même certaines questions au sujet de l’appellation Radioamateur:
    -Doit-on continuer à appeler Radioamateurisme un amusement qui utilise quelquefois majoritairement (au vu de la distance couverte !) des réseaux et protocoles qui n’ont rien de radio et ne dépendent donc en rien de l’environnement radio (propagation hertzienne etc) ? Il existe une différence fondamentale entre les modes dits numériques utilisant un logiciel seulement pour émettre/recevoir par la voir hertzienne et les modes « réseau » ou les données transitent en plus par internet.
    Je fais peu de QSO mais jamais il ne me viendrait à l’idée de recourir à l’aide de réseaux informatisés pour établir une liaison. J’inclus aussi la synchronisation des horloges nécessaire pour certains modes mais atteignable par la voie hertzienne en VLF avec DCF77 par exemple. Par ailleurs je me sentirais vraiment ridicule si je devais noter un jour dans mon carnet de traffic « QSO interrompu par une panne ligne Internet » …
    Cordiales 73 F4IBE

  18. F4IAY dit :

    Bravo et merci !!!

  1. 3 juillet 2022

    […] Mais l’objet de mon billet n’est pas de revenir sur ce sujet qui a déjà été mainte fois mis sur le tapis ici ou ailleurs. J’y reviendrai peut-être dans un autre billet… ou pas ! Si vous voulez le lire,  c’est ici. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.